Principes de construction du modèle d'habitat

Les éléments suivants permettent de comprendre les étapes de la construction du modèle d'habitat. La démarche de LI'nCS étant de réaliser un habitat adapté à son environnement local et construit à partir de matériaux récupérés ou produits localement, les types de matériaux et d'assemblages peuvent être différents de ceux indiqués ci-après.

Construire la base de la maison

ETAPE 1. Les fondations

 

Surrélever la dalle basse de l’habitation

- favoriser le refroidissement de la maison par la ventilation sous la dalle

- éviter les dommages dus à la montée des rivières

- favoriser l’imprégnation de l’eau dans le sol par la mise en place d’un sol poreux composé de gravats concassés

 

Utiliser les gravats résultants du séisme pour “coffrer” le béton des fondations

- valoriser les matériaux issus du séisme et développer une économie locale pour la récupération et le tri des gravats

- minimiser la consommation de matériau onéreux tel que le béton

- favoriser l’imprégnation de l’eau dans le sol par la porosité des gabions 

 

 

ETAPE 2. Le plancher du rez-de-chaussée

 

 

Dalle basse en poutrelles+hourdis:

- utiliser les savoirs-faire locaux (forte utilisation des hourdis en Haïti)

- limiter le poids de la maison pour un meilleur comportement en cas de séisme (fondations adaptées à une structure légère)

- limiter le coût de la maison en limitant l’utilisation du béton

 

Joint d’asphalte:

- limiter la stagnation de l’eau et le pourrissement du bois à la base de l’ossature

Construire l'ossature principale

ETAPE 3. Assembler l'ossature en bois

Utiliser une ossature bois

- valoriser la tradution constructive d’Haïti

- privilégier la dissipation de l’énergie sismique par la déformation de la structure. Les points de liaison de l’ossature dissiperont l’énergie par frottements, évitant l’effondrement brutal du bâtiment

- utiliser une structure légère, rigoureusement assemblée, et donc moins dangereuse pour les habitants en cas de séisme

 

Utiliser les mêmes sections et des petites longueurs

- éviter le recours à des engins de chantier

- simplifier l’importation du bois (manutention,conditionnement...)



Utiliser de multiples éléments de ferronerie pour les accroches

- encourager les savoirs-faire locaux en matière de ferronerie en les intégrant à la construction parasismique

- multiplier les points de liaison pour dissiper plus d’énergie en cas de séisme

 

ETAPE 4. Contreventer les angles de la maison

Laisser le contreventement lisible à l’extérieur de la maison

- permettre la compréhension du système constructif par tous et devenir ainsi un modèle pour une autoconstruction plus sure

Ajouter un étage

ETAPE 5. Construction le plancher de l'étage

 Construire le plancher de l’étage en poutres treillis métalliques

- proposer des espaces de rangements hauts dans l’épaisseur du treillis

- réaliser des planchers légers, faciles à transporter et peu dangereux en cas de séisme

- encourager les savoirs-faire locaux en matière de ferronerie en les intégrant à la construction parasismique

- multiplier les points de soudure pour laisser à la structure la possibilité de casser en certains points sans pour autant s’éffondrer (du fait des multiples points de soudure restés intacts)

- favoriser la ventilation naturelle dans l’épaisseurs du treillis

 

ETAPE 6. Construire l'ossature bois de l'étage

Laisser un surplomb à l’étage

- créer un espace extérieur abrité au rez-de-chaussée 

- donner plus d’espace à l’intérieur en gardant la même emprise au sol

- apporter plus de protection contre l’ensoleillement et les fortes pluies dans la pièce à vivre au rez-de-chaussée

Couvrir la maison

ETAPE 7. Construire et assembler les poutres métalliques

Construire la charpente en fermes treillis métalliques

- encourager les savoirs-faire locaux en matière de ferronerie en les intégrant à la construction parasismique

- limiter le poids de la couverture (et donc de l'étage) pour que la maison ait un comportement favorable en cas de séisme

- favoriser le rafraichissement de la toiture par la ventilation dans l’épaisseur des poutres treillis

 

Prolonger la toiture par des débords généreux

- protéger l’habitation des pluies violentes et de l’ensoleillement pour améliorer le confort et la pérénité de la structure

- casser la force des vents violents par le léger relevé de la pente du débord de toiture

 

Accrocher le charpente au plancher métallique par des tirants

- limiter les risques de soulèvement et d’arrachement de la toiture

- faire de la maison un ensemble compact, des fondations à la couverture

 

ETAPE 8. Fixer la couverture sur la charpente

Utiliser une tôle d’acier galvanisée en couverture

- favoriser la pérennité de la couverture par l’utilisation d’un matériau de qualité, moins sujet à l’érosion et donc aux surchauffes

 

Créer une ouverture haute en toiture

- favoriser le rafraichissement de la toiture et de la maison

- éviter les surpressions en cas de cyclone

Fermer les façades de la maison

ETAPE 9. Remplir les panneaux de façade

Utiliser un remplissage plus lourd au rez-de-chaussée qu’à l’étage

- renforcer la sécurité des biens et des personnes au rez-de-chaussée, niveau le plus exposé aux intrusions et à la dégradation

- limiter le poids de l’étage pour limiter les coûts et les sollicitaions sur la structure

 

Dissocier le remplissage des panneaux de l’ossature principale

- éviter l’éclatement du remplissage lors de la déformation de la structure en cas de séisme. La projection des matériaux de remplissage est la cause de nombreuses blessures

 

Utiliser des matériaux de remplissage peu couteux et facilement remplaçables

- diriger les coûts principaux vers une structure porteuse de qualité

- le remplissage est voué à être refait, repeint à l’envie, changé après un séisme, supprimé pour créer une ouverture dans la façade...